Nos travaux

La SENuRA travaille sur une espèce pérenne ayant une mise à fruits lente (10 à 15 ans), c’est pourquoi les actions sont nécessairement pluriannuelles (plus de 10 ans pour certaines). Chaque année une quarantaine d’essais terrains sont mis en place pour répondre au choix variétal, à la lutte contre les ravageurs, la lutte contre les maladies, la gestion de l’eau, ou encore la conduite culturale. Ces essais sont financés en grande partie par les O.P. Noix du Sud-Est via leurs Programmes Opérationnels Européens. Par ailleurs, la SENuRA réalise des essais d’homologation des produits phytosanitaires financés par les firmes.

 
Maladies

Maladies

La bactériose et l’anthracnose sont les maladies principales du noyer. Même si certains facteurs sont bien connus, il reste encore à identifier les causes de l’expression de la maladie. En outre, le développement récent de nouveaux pathogènes tels que le Colletotrichum rend le diagnostic parfois difficile et nécessite un travail de recherche plus approfondi.

Ravageurs et auxiliaires

Ravageurs et auxiliaires

On distingue plusieurs niveaux de nuisibilité en fonction de l’effet direct sur la culture, de la fréquence des attaques ou de leur intensité. Sur la base de ces critères, les ravageurs peuvent être classés en trois catégories : « majeurs », « secondaires » ou « occasionnels ». Le développement des nouvelles technologies et la généralisation du biocontrôle apportent de nouvelles solutions économiquement viables et durables.

Matériel végétal

Matériel végétal

L’inscription au catalogue officiel de nouvelles variétés est un processus long (en moyenne 25 ans). L’essentiel des variétés évaluées actuellement est issu du programme d’amélioration conduit par l’INRA de Toulenne (33) jusqu’en en 2007. La plupart des hybrides proviennent de croisement de variétés étrangères principalement américaines, réputées pour leur délai d’entrée en production et leur potentiel de rendement.

Conduite

Conduite

Les conceptions de conduite du noyer ont beaucoup évoluées ces dernières années avec l’arrivée de matériel végétal nouveau mais également du fait de l’intensification et de la rationalisation de la culture. Le retour sur investissement doit intervenir rapidement après la plantation et une récolte régulière et de qualité permettra d’approvisionné un marché toujours plus difficile et concurrentiel.